actualité du web

L’affaire des iPod qui explosent : manque de transparence d’Apple ?

L’affaire, rapportée par The Times, commence lorsque Ken Stanborough décide d’emprunter l’iPod touch de sa fille. Alors qu’il utilisait le baladeur, il aurait senti la température de celui-ci augmenter fortement dans ses mains, pensant même voir de la fumée s’en échapper. Le temps de lâcher l’appareil en catastrophe, celui-ci aurait explosé durant sa chute.

Problème récurrent aux iPod ou pas ?

Si cette affaire soulève des questions, c’est que ce n’est pas la première fois que des histoires de ce genre entachent la réputation du célèbre baladeur de la firme de Cupertino. En 2008 déjà, les autorités Japonaises informaient que l’utilisation de l’iPod nano pouvait provoquer des risques de brûlures, évoquant une dizaine de cas dans le pays. En mars 2009, une mère américaine décidait, elle aussi, de poursuivre la société. En effet, l’iPod de son fils aurait explosé dans sa poche, lui brûlant la jambe.

Cependant, il y avait peu d’éléments concrets sur le sujet jusqu’à la publication, par nos confrères de KIRO 7 Eyewitness News, il y a quelques semaines, d’une enquête selon laquelle une quinzaine d’iPod avaient déjà eu des problèmes de « surchauffe inhabituelle ». Ceux-ci se basaient sur des rapports de la Consumer Product Safety Commission (un organe américain chargé de protéger les consommateurs contre les risques liés à l’utilisation de produits technologies), qui s’étalaient sur la période 2006-2008.

Malgré cela, la commission estimait ne pas avoir à prendre de mesures contre Apple. D’une part, ses derniers baladeurs semblaient ne plus avoir ces « soucis », et d’autre part, si l’on faisait le ratio entre le nombre d’iPod impactés par cet incident et le nombre d’iPod vendus, le problème n’était pas récurrent. En outre, selon des membres de la CPSC, il s’agissait avant tout d’un problème lié à l’utilisation des fameuses batteries en lithium, qui ont parfois tendance à chauffer anormalement. On se souvient, en effet, du cas des batteries lithium défectueuses qui avait impliqué Sony et Dell dernièrement.

Apple tente de contrôler l’information, en vain

Si l’affaire commence, au final, à faire un tel bruit, c’est qu’Apple n’aurait pas dérogé à sa réputation, en tentant d’exercer un véritable embargo sur ces informations. En effet, selon KIRO 7 Eyewitness New, la firme américaine aurait déjà essayé d’étouffer l’affaire, ses avocats « déposant dérogations sur dérogations » lors de la réalisation de l’enquête. Toujours selon Ken Stanborough, après avoir contacté la firme de Cupercino afin de se faire rembourser son appareil, il aurait reçu une lettre lui concédant le rebourssement de l’iPod de sa fille, à condition de signer un contrat l’obligeant à garder le silence sur l’affaire, sous peine de poursuites judiciaires. Craignant d’évoquer le sujet par inadvertance, le père de famille a ainsi décidé d’alerter les médias.

Selon The Times, Apple n’aurait pas souhaité commenter l’affaire, dans la mesure où la firme n’aurait pas pu analyser l’appareil.

Selon moi, à force de trop vouloir contrôler l’information plutôt que jouer la transparence, comme avait pu le faire Dell en rappelant des milliers de batteries défectueuses, Apple provoque le strict contraire… Au risque d’agacer quelques consommateurs qui se sentiraient floués, car les cadavres finissent toujours par sortir du placard.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Post
actualité du web

La troisième bêta d’Opera 10 en détails !

Next Post
actualité du web

Site Free’Z ! Créez votre site en ligne, gratuitement !

Related Posts