actualité du web

Joost : chronique d’un projet ambitieux, mort-né et pourtant révolutionnaire !

Vous vous souvenez sans doute de Joost, ce service de télévision par P2P lancé avec fracas en 2007. Imaginé par les créateurs des très appréciés KaZaA et Skype, ce logiciel semble alors promis à un avenir radieux. Il se targue même de représenter « la télévision du futur » – rien que ça ! En outre, basé sur un système d’invitations – comme l’avait fait Google avec Gmail – la folie monte rapidement, et les invitations s’arrachent sur la toile. Pourtant, la machine s’enraye et l’avenir radieux s’éloigne rapidement…

Si l’engouement est si monumental lors du lancement, c’est que Joost propose une qualité d’image alléchante, et qu’il permet de regarder des programmes en différé. Révolutionnaire, à l’époque. Malheureusement, il nécessite l’installation d’un logiciel propriétaire, et son contenu est fermé. En effet, les utilisateurs ne peuvent pas y ajouter leurs propres contenus. De plus, faute d’accords publicitaires avec les industries de l’audio-visuel, les contenus proposés sont peu nombreux, et anglophones exclusivement… Joost perd donc rapidement de son intérêt aux yeux des internautes, face au développement insolent de Dailymotion et Youtube, qui proposent alors un contenu très abondant, que l’on visionne sans publicités ni logiciel. Sans oublier Hulu.com, site de catch-up permettant de visionner les programmes diffusés sur les chaînes de télévision américaines. Le coup de grâce pour Joost.

Ainsi, malgré une interface très intuitive, travaillée et agréable, le projet se tue à petit feu. Fin 2008, outre un plan social, l’idée du logiciel de télévision par P2P est totalement abandonnée par les créateurs de Joost, au profit d’un visionnage en streaming via site Web. Les créateurs espèrent alors suivre la même pente que les heureux concurrents que sont Youtube et Dailymotion. Malheureusement, mi 2009, le constat est sans appel : la sauce ne prend pas.

Le résultat est celui que l’on connaît depuis quelques jours : nouvelle restructuration, avec le remplacement de l’équipe dirigeante, et changement radical de stratégie. Joost laisse tomber le marché du grand public pour celui des entreprises, et s’occupera désormais du développement de portails vidéo. Comme le résument si bien nos confrères de Numerama, « proposer un service propriétaire, fermé, avec l’obsession de contrôler les contenus pour éviter tout piratage est la recette idéale de l’échec assuré ». En effet, nul doute qu’avec une politique plus ouverte, le succès aurait été plein.

Si l’échec est incontestablement cuisant pour ses créateurs, qui nous avaient habitués à des succès plus cinglants, on ne peut nier que Joost aura malgré tout changé notre approche de la télévision sur Internet. En effet, c’est le logiciel précurseur de la catch-up (« Joost est mort, vive Hulu.com »), qui rythme aujourd’hui le rythme de bon nombre d’internautes dans le monde. Et pour ça, bravo Joost

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Post
actualité du web

OpenBitTorrent : digne bébé de The Pirate Bay et futur de BitTorrent ?

Next Post
actualité du web

Les statistiques de téléchargement de Firefox 3.5 en temps réel, ça vous tente ?

Related Posts