Net-Actuality

Publication des résultats des élections sur Internet : hypocrisie générale ?

Publication des résultats des élections sur Internet : hypocrisie générale ?

La loi électorale de 1997 a été révisée en 2002. Face à une expansion croissante d'internet, l'objectif était alors d'éviter que des estimations ne soient publiées sur la toile avant la fermeture des derniers bureaux de vote, qui ferment généralement à 20 heures. La sanction, pour tout contrevenant, est de 75 000 euros d'amende.

Pourquoi une telle loi ?

La publication de résultats, avant l'heure, soulève des problèmes.

Avant tout, c'est un problème de manipulation qui se pose. En effet, voteriez-vous de la même façon en apprenant que le parti politique A est en tête des votes et que le parti B est à la traine ? En outre, les électeurs intéressés par le parti A pourraient décider de ne pas aller voter, jugeant que leur vote est inutile, ce parti étant déjà largement donné vainqueur. A l'inverse, une déroute supposée du parti B pourrait encourager les électeurs absentionnistes à sortir de chez-eux pour lui accorder leur voix.

Même si on se dit que deux heures ne suffiraient pas à retourner le résultat d'une élection, on peut légitimement se demander si elles ne seraient pas suffisantes pour fausser les résultats d'une élection.

Mais surtout : quid de la véracité et de l'exactitude des informations diffusées sur le Net ? En effet, comme cela n'est plus à prouver, il arrive bien souvent qu'Internet soit détourné, afin de pratiquer la désinformation. On peut alors se demander si certains militants du parti C ne profiteraient pas d'Internet pour biaiser les résultats et tenter de modifier la conclusion de l'élection. Pire encore, les résultats publiés à 18 heures ne dépeignent pas toujours la réalité et restent des estimations ! La semaine dernière par exemple, un article du temps.ch plaçait l'UMP et le PS au même niveau, pendant que le résultat des Verts était sous-estimé.

Quel est le problème alors ?

Si les déclencheurs de l'initiative pouvaient paraître louables, un scandale a pourtant éclaté lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2007.

De nombreux blogueurs français avaient annoncé qu'ils publieraient les résultats des élections sur Internet, dès 18 heures. Ils jugeaient anormal que les médias étrangers soient autorisés à publier les premières estimations dès 18 heures, alors que les médias français ont l'interdiction de le faire.

Finalement, peu de sites français avaient réellement franchi la ligne. Celui de Jean Marc Morandini, à l'origine de l'action, était par exemple hors ligne au moment fatidique. Seuls les sites étrangers, Suisses et Belges, avaient publié les résultats en avance.

Le message avait bien été transmis aux internautes : la plupart des sites proposant des résultats étaient inaccessibles, submergés par les requêtes d'internautes trop curieux !

Et aujourd'hui ?

La semaine dernière, la polémique a pu recommencer de plus belle avec les élections régionales. Depuis 2002, la loi n'a pas été révisée et l'interdiction de publication de résultats anticipés reste interdite. Sauf que la donne a fortement changé depuis ; avec le développement des Facebook et Twitter, il est beaucoup plus facile désormais, pour les internautes, de publier des premières estimations avant l'heure, et beaucoup plus difficile, pour les autorités, de repérer les contrevenants.

La conséquence : outre l'accès aux estimations, via des sites étrangers, de nombreuses estimations ont été publiées avant l'heure un peu partout sur la toile la semaine dernière. La plupart étaient proposées sous forme de messages codés, comme ce tweet « la fleur passerait juste devant l'arbre» (comprendre "le PS passe devant l'UMP...") ou « la flamme remonte et passe la barre des 2 chiffres » (comprendre "le FN remonte..."), ou encore de messages subliminaux ou de simples liens vers des articles de sites étrangers. Une hypocrisie générale face à une loi obsolète !

Aujourd'hui, il en sera très probablement de même.

Une interdiction hypocrite ?

Finalement, tout ce tintamarre est plutôt démagogique. Si l'interdiction de publication de résultats sur la toile française ne fonctionne pas, c'est surtout parce qu'elle n'a pas de sens. En effet, quel est l'intérêt d'interdire la publication aux sites français si les sites francophones peuvent en publier avant l'heure légale ? Car les internautes ne sont pas idiots et se retourneront forcément sur des sites qui ne sont pas sous le coup de la loi française (Internet n'a pas de frontières !). De plus, les QG et les grandes rédactions disposent eux-aussi d'estimations avant l'heure légale. A l'instar d'Hadopi, on a l'impression que le gouvernement ne s'attaque pas vraiment au problème (et qu'il ne prend pas en considération le fonctionnement d'Internet...) : il n'est pas inhérent au Web, mais tout simplement aux pratiques de sondage actuelles.

Et surtout, il ne faut pas s'y méprendre ; la publication de résultats, avant l'heure légale, est une belle histoire de faux-culs. En effet, la plupart des sites « contrevenants » ne le font pas par idéologie, comme ils aiment le faire croire, mais plutôt pour attirer les internautes vers leurs sites. Eh oui, les élections apportent un trafic important, pour ne pas dire énorme, avec les revenus publicitaires qui en découlent !

Une mise à jour de la loi électorale devrait avoir lieu d'ici 2012, date des prochaines élections présidentielles.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pour ou contre la publication des résultats sur le Net avant l'heure ?

Flux RSS des derniers billets publiés.

Ils ont dit...

n°1 - Ecrit par Bip-Bip (Visiteur), .

Rang : Visiteur

L'intérêt de l'interdiction demeure : ceux qui veulent farfouiller pour trouver des estimations le peuvent. Mais ceux qui ne le veulent pas n'y sont pas exposés et bénéficient d'une certaine tranquillité jusqu'au dimanche 20h.
Si l'interdiction est levée le dimanche entier sera occupé par des sondages dans tous les média.

Faut-il troubler la tranquillité d'une majorité de la population pour la mettre à son corps défendant à égalité avec quelques petits malins?

n°2 - Ecrit par kingxvi (Visiteur), .

Rang : Visiteur

C'est pas les estimations à 18h qui me dérangent, ce sont plutôt celles publiées la veille ou une semaine avant? à base de sondage.

Ainsi si le parti A est vu gagnant ainsi que le parti B, car ils sont toujours gagnant, alors les électeurs des partis C, D, E, F, dégoutés n'iront même pas voter pour leurs partis car ils voient que dans les sondages, comme d'habitude le parti A et B vont être au second tour.

Donc il y a un fort taux d'abstention.

Flux RSS des derniers commentaires publiés sur le billet.

Ajouter un commentaire

En vous enregistrant en tant que membre, vous vous assurez d'avoir votre propre pseudonyme réservé, tout en n'ayant plus à saisir de code de sécurité ni de pseudo. En postant un message, vous déclarez accepter nos conditions générales d'utilisation.

Captcha :Si vous voyez les champs suivants, veuillez ne surtout PAS LES COMPLETER. Ce test vise à nous protéger des robots spammeurs.
Mémoriser mes identifiants : Sauvegarde votre pseudo et votre adresse e-mail, afin que n'ayez plus à les resaisir ultérieurement.