Net-Actuality

Les enfants de 9 à 12 ans sont 38% à avoir un profil sur un réseau social.

Les enfants de 9 à 12 ans sont 38% à avoir un profil sur un réseau social.

Pour les adolescents de 13 à 16 ans, ils sont 77% à y être inscrits. La Commission Européenne donne l'alerte et demande plus d'efforts de la part des réseaux pour protéger les enfants.

Le succès des réseaux sociaux n'est plus à démontrer. Cela dit, on ne s'imaginait peut-être pas à quel point les jeunes enfants pouvaient y être à ce point présents. C'est sur base d'une enquête demandée par la Commission Européenne que ces chiffres sont apparus dans un rapport. On sait ainsi que plus d'un tiers de jeunes de moins de 12 ans ont un profil sur un réseau social. C'est "dangereux", souligne la commission. A cet âge, les enfants ne sont pas conscients de ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas dévoiler. Que ce soit au niveau de leur intimité ou de leur sécurité, ces enfants ne sont pas à même de faire les bons choix de ce qu'il est "convenable" de partager sur Internet via ces réseaux sociaux.

Les enfants donnent des petits secrets qui peuvent être utilisés.

Pour tenter de trouver une solution (autre que d'obliger les parents à interdire l'accès aux réseaux), la Commission Européenne demande aux dits réseaux de faire des efforts supplémentaires pour paramétrer par défaut les profils, de façon à les rendre invisibles pour les gens qui ne sont pas les "amis" de jeunes enfants. Adresse, numéro de téléphone, code de la carte de crédit des parents (ça s'est vu ...), petits secrets de la famille (où sont cachées le double des clés de la porte d'entrée, où est l'argent liquide dans la maison ...) ... les enfants de moins de 12 ans ne sont certainement pas assez mûrs pour comprendre la portée de ce qu'ils racontent à d'autres.

Un autre danger ne peut être ignoré : on sait que des prédateurs pédophiles se servent beaucoup d'Internet pour trouver de nouvelles victimes. Cette façon de faire n'est pas née avec les réseaux sociaux, mais ceux-ci sont toutefois un joli parc de loisirs pour des adultes en recherche de proies. Là aussi, il faut être attentif car toutes les données personnelles qui sont livrées par les enfants peuvent être utiles pour des gens malintentionnés.

Flux RSS des derniers billets publiés.

Ils ont dit...

n°1 - Ecrit par Phoque (Visiteur), .

Rang : Visiteur

Une bonne réaction de la Commission. En dessous d'un certain âge, il est clairement malsain et inutile d'utiliser Facebook, et je pense que c'est le message primordial à transmettre et à faire comprendre...

n°2 - Ecrit par Grib, .

Il parait assez logique que les enfants doivent être épargnés, non pas des réseaux sociaux à proprement dit, mais de leurs cotés obscurs !

Encore une fois, ce n'est pas l'outil qui est blâmé, mais l'utilisation qu'on en fait, et un enfant ou jeune pré-ado a-t-il sa place sur un réseau social ?

Quant on constate le nombre de comptes créés par des parents, eux-mêmes, pour leur "boutchou", il semble clair que la maturité de l'utilisation des réseaux est loin d'être a terme !

Sous la bannière du fun, on enchaine déjà des petits au réseaux sans leur permission ! Allez savoir... Le p'ti Kevin qui a trois mois sera t il fan d'avoir son identité numérique qui le traque à son insu quand il sera grand ? Quant on voit la difficulté d'effacer correctement son passé numérique, j'en doute (et il en voudra déjà assez à ses parent de l'avoir appelé Kevin !).

Secundo, encore une fois, on fait appel a une commission pour gérer ce "problème"... L'administration providence en somme.

Cela ne tient t-il pas plus d'une "net éducation" qui incombe aux parents et non aux réseau eux-mêmes. Quand on voit qu'il suffit d'indiquer une fausse date de naissance pour passer outre, le verrou est trop simple à casser pour l'enfant qui veut se lancer seul.

Quand on est parent, sans couver, on regarde quand même si notre enfant n'a pas de mauvaises fréquentations... Je crois que c'est idem pour le Web.

Que son enfant soit sur un ou des réseaux sociaux à sa demande, afin de mieux s'intégrer dans la cour d'école, oui, mais on surveille et on lui apprend à éviter les "pièges", à ne jamais le laisser seul... Ça, ça sera pour quand il sera plus grand "Comme dans la vraie vie", ai-je envie de dire.

Le laisser trop tôt seul sur les réseaux contribuera surement à accélérer, sans contrôle, la fin de l'innocence enfantine... Ils ont tout le temps pour découvrir la nature humaine ! Et quand on entend dans les faits divers que, sur le net les enfants sont encore plus durs que dans la cours d'école... on peut trembler !

On a tous eu nos têtes de turcs à l'école ; on s'est moqué, on a taclé; mais c'était face à face et ça limite quant même les débordements !

Seul, devant son ordinateur, sans parent à l'écoute, la tête de turc d'aujourd'hui doit posséder un statut loin d'être favorable au bon développement social de l'enfant... Tout le contraire des vertus qu'on prête à l'outil...

Dans ce domaine, nous sommes encore à l'air préhistorique. Comparé a Gutemberg, nous, on dessine encore dans les grottes de Lascaux !

Et plutôt que demander à l'Europe de réguler les réseaux sociaux, il faudrait plutôt encourager les parents à ne pas laisser leurs enfants seuls sur internet encore une fois.

n°3 - Ecrit par laura (Visiteur), .

Rang : Visiteur

Moi, je dis que Facebook devrait être accepté à partir de 12 ans, car les ados sont assez mûrs à cet age !

Selon moi, à la place de 13 ans, ça devrait être 12 ans !

Flux RSS des derniers commentaires publiés sur le billet.

Ajouter un commentaire

En vous enregistrant en tant que membre, vous vous assurez d'avoir votre propre pseudonyme réservé, tout en n'ayant plus à saisir de code de sécurité ni de pseudo. En postant un message, vous déclarez accepter nos conditions générales d'utilisation.

Captcha :Si vous voyez les champs suivants, veuillez ne surtout PAS LES COMPLETER. Ce test vise à nous protéger des robots spammeurs.
Mémoriser mes identifiants : Sauvegarde votre pseudo et votre adresse e-mail, afin que n'ayez plus à les resaisir ultérieurement.