Net-Actuality

À la découverte du navigateur iCab : interview du créateur, Alexander Clauss

À la découverte du navigateur iCab : interview du créateur, Alexander Clauss

Brève présentation d'iCab

iCab est un navigateur d'une exceptionnelle légèreté. En effet, il sait occuper de manière performante la mémoire des ordinateurs, une particularité appréciable sur les machines à configuration modeste. Dévoilé pour la première fois en 1999, exclusivement pour le monde des Mac, il est resté, pendant des années, le seul navigateur Web « moderne » à fonctionner sous Mac OS 8.5 et 9. La fondation Mozilla conseillait d'ailleurs aux utilisateurs de Mac OS 8.5 et 9 d'utiliser iCab.

iCab a utilisé son propre moteur de rendu xhtml, CSS et Javascript, jusqu'au premier janvier 2008, date à laquelle il a finalement adopté le moteur de rendu Webkit et la nouvelle interface Cocoa de Apple, abandonnant ainsi la compatibilité avec les précédentes versions de Mac OS. L'objectif : se décharger du développement du moteur de rendu pour se concentrer sur d'autres aspects importants du navigateur.

Aujourd'hui, iCab n'est pas complètement gratuit, contrairement à ses concurrents les plus populaires : c'est un shareware. En l'utilisant gratuitement, vous ne bénéficiez pas de la personnalisation de l'interface de iCab et un bandeau vous propose d'acheter le navigateur de temps en temps (un simple clique le fait disparaitre). Certaines options avancées ne sont pas non plus disponibles.

Une déclinaison mobile de iCab est aussi proposée pour iPhone et iPod, depuis quelques mois.

Interview d'Alexander Clauss, fondateur d'iCab Software

Net-Actuality, intrigué par iCab, navigateur surprenant car présentant la particularité d'être aujourd'hui encore partiellement payant, a pris contact avec Alexander Clauss, créateur d'iCab et fondateur d'iCab Software, entreprise spécialement dédiée au développement du navigateur. Il est l'auteur de la quasi totalité du code source d'iCab.

Net-Actuality : Comment iCab Software est-il financé ? Uniquement avec la vente d'iCab sur Mac et iPod/iPhone ?

Alexander Clauss : Les ventes d'iCab sur Mac ne sont pas très importantes, mais m'aident à maintenir iCab en vie. Sur iPhone, c'est un peu mieux en ce moment, mais ça peut être temporaire. Le marché de l'iPhone est extrêmement difficile, parce qu'en tant qu'utilisateur, vous ne disposez pas d'une bonne vue d'ensemble des applications disponibles. En effet, il y a trop d'applications classées dans trop peu de catégories.

N.A. : Opera et Omniweb sont devenus gratuits récemment, iCab va t-il aussi le devenir ?

Alex. C. : Je ne sais pas, même si je ne pense pas. Développer une application coûte du temps et de l'argent, donc sans revenus, il n'y aurait plus de développement. Les navigateurs comme Omniweb sont gratuits, car leurs développeurs ne s'en occupent plus activement. D'autres, comme Opera ou Firefox, gagnent de l'argent grâce à la publicité ou à d'autres sources de revenus. Et certains navigateurs, tels que Safari et Internet Explorer, sont quant à eux utilisés par Apple ou Microsoft pour obliger leurs utilisateurs à acheter d'autres de leurs produits. Aucune de ces options ne fonctionnerait avec iCab.

iCab a des fonctionnalités uniques et je pense qu'elles justifient son prix. Par exemple, le « Mode Kiosque » est une fonctionnalité très importante pour certains utilisateurs (une minorité), et elle n'est pas disponible dans les autres navigateurs. Ce mode permet d'utiliser iCab sur un environnement de type kiosque, c'est-à-dire un terminal dans un endroit public où l'accès à l'ordinateur doit être restreint. Souvent, les logiciels de ce type sont extrêmement chers.

Je connais beaucoup d'utilisateurs de Safari qui installent des extensions, payant même parfois pour les utiliser, afin d'obtenir des fonctionnalités pourtant nativement supportées par iCab. Des signets avec des dossiers intelligents et des tags, des filtres, etc. Je pense que tout ça vaut le petit prix d'iCab.

Bien sûr, les utilisateurs sont libres de choisir un autre navigateur s'ils n'ont pas besoin de ces fonctionnalités ou s'ils ne veulent pas acheter quelque chose.

N.A. : Est-ce qu'un portage de iCab est prévu pour Windows ou pour *nix/Linux ? (avec GNUstep par exemple, qui implémente l'API NeXTSTEP, très proche de Cocoa d'Apple)

Alex. C. : Non, ce n'est pas prévu. Mais d'un côté, les autres portages iPhone/iPod n'étaient pas prévus non plus. N'étant pas un utilisateur de Windows ou de Linux, je ne pense donc pas que je porterais iCab pour ces systèmes.

J'ai écrit iCab pour Mac, les iPhones et iPod Touch, car je suis utilisateur d'un Mac et d'un iPod Touch et que j'avais besoin d'un navigateur plus confortable pour ces appareils.

C'est ma source de motivation habituelle : j'ai besoin d'un programme et ceux qui existent ne répondent pas à mes besoins.

N.A. : Un an après avoir adopté le moteur de rendu Webkit (utilisé par Safari et Google Chrome), quelles sont vos conclusions ?

Alex. C. : Webkit, sur Mac, est un véritable plaisir à utiliser, de mon point de vue de programmeur. La plupart des détails techniques peuvent être configurés manuellement, mais si vous n'avez pas besoin de les configurer, il adopte alors le comportement adapté, par défaut. Le plus gros problème, avec le moteur de rendu des anciennes versions d'iCab (avant de passer sur Webkit), c'était les Webmestres qui tentaient de détecter quel navigateur vous utilisiez et n'exécutaient leur code que sur les navigateurs qu'ils connaissaient. Et même si iCab était capable d'afficher correctement la page, il était envoyé sur une page « poubelle », parce qu'il n'était pas dans la liste des navigateurs « supportés ». J'ai été forcé de mettre en place toutes sortes de bidouilles pour contourner ces mauvaises détections, et je n'avais plus le temps de faire autre chose.

Après être passé à Webkit, ça a changé. Webkit (ou du moins, Safari) est supporté par presque tous les scripts de détection de navigateurs, donc iCab n'est plus rejeté désormais. En réalité, beaucoup de ces détecteurs de navigateurs sont tellement stupides qu'ils rejettent le navigateur Webkit s'il n'est pas identifié comme « Safari », mais iCab pouvant se faire passer pour Safari, ce n'est pas un problème. Et surtout, j'ai enfin suffisamment de temps pour implémenter de nombreuses nouvelles fonctionnalités.

Sur l'iPhone par contre, Webkit est présent, mais n'est pas disponible comme interface de programmation publique, donc vous n'avez pas le contrôle sur le moteur de rendu. Ceci rend la création de certaines fonctionnalités difficile, mais beaucoup de fonctionnalités importantes sur un vrai ordinateur sont facultatives sur un appareil qui tient dans la main. Les besoins sont différents.

N.A. : Que pensez-vous des autres navigateurs ? Vous avez un chouchou ?

Alex. C. : Je pense que Safari et Firefox sont de bons navigateurs. Ce qui est bien avec Firefox, c'est qu'il est très malléable, mais le mauvais côté, c'est qu'il n'utilise pas les éléments natifs de l'interface des Mac. Même si la version 3 est désormais très similaire à l'interface native dy système d'exploitation, on voit toujours une différence. De plus, malgré les nombreuses extensions et plugins de Firefox, il me manque toujours des choses présentes chez iCab ; c'est pourquoi je préfère iCab.

Safari est rapide et clair, très « Mac », mais il lui manque beaucoup de fonctionnalités. Apple implémente beaucoup de fonctionnalités tape à l'œil qui impressionnent les utilisateurs lambda, mais qui sont en pratique totalement inutiles. Le CoverFlow en fait partie. Ca paraît génial, mais c'est inutile et inutilisable dans la vie de tous les jours. Je pense que Safari est bon pour les utilisateurs qui veulent juste des fonctionnalités basiques, rien de spécifique. Ils disposeront d'un navigateur clair, mais ils n'auront rien de plus avec.

N.A. : Comment voyez-vous le futur d'iCab-Software ?

Alex. C. : J'ai plusieurs idées que je prévois d'introduire dans les prochaines versions d'iCab, donc je ne prévois pas du tout d'arrêter iCab. Peut-être que les prochaines versions d'iCab, pour Mac, et d'iCab Mobile, pour iPhone et iPod Touch, partageront plus de données ; actuellement seuls les signets sont partagés. J'ai plusieurs idées, mais elles ne sont pas encore assez concrètes pour que les évoque.

Conclusion

Merci beaucoup Alexander pour ces informations précieuses. iCab est en libre téléchargement sur iCab.de, site sur lequel vous pourrez aussi acheter ce navigateur exceptionnel pour 14€ !

Flux RSS des derniers billets publiés.

Ils ont dit...

n°1 - Ecrit par Rakasuki (Visiteur), .

Rang : Visiteur

Cool, merci pour cet article.
J'espère qu'il continuera

n°2 - Ecrit par Christophe (Visiteur), .

Rang : Visiteur

A noter que Opera dispose d'un mode kiosque également

n°3 - Ecrit par Trent, .

Le mode Kiosque d'Opera est toutefois moins complet (Enfin, certaines options importantes ne sont pas dans Opera qui propose toutefois d'autres options qu'iCab n'offre pas), iCab permet par exemple de personaliser la page d'accueil du mode Kiosque et d'ajouter un bouton « Fin de session » qui terminera la session de l'utilisateur en mode kiosque (En supprimant tous ses cookies, mots de passes enregistrés, onglets, etc) et raffichera la page d'accueil du mode kiosque.

Flux RSS des derniers commentaires publiés sur le billet.

Ajouter un commentaire

En vous enregistrant en tant que membre, vous vous assurez d'avoir votre propre pseudonyme réservé, tout en n'ayant plus à saisir de code de sécurité ni de pseudo. En postant un message, vous déclarez accepter nos conditions générales d'utilisation.

Captcha :Si vous voyez les champs suivants, veuillez ne surtout PAS LES COMPLETER. Ce test vise à nous protéger des robots spammeurs.
Mémoriser mes identifiants : Sauvegarde votre pseudo et votre adresse e-mail, afin que n'ayez plus à les resaisir ultérieurement.