Net-Actuality

Itinéraire d'un débutant sous Linux

Page 3 : L'installation

L'installation

Vous allez me dire : « Oui, mais avant de l'installer, il faudrait d'abord le télécharger non? ». Et moi je vais vous répondre : « Attendez un peu, même pas eu le temps de commencer mon paragraphe que vous me sautez déjà à la gorge ! ». Donc oui, il faut télécharger Ubuntu, et pour cela, plusieurs solutions sont disponibles, tant du côté des déclinaisons de la distribution que des possibilités pour le télécharger. Du côté des déclinaisons, Ubuntu est disponible en quatre versions : Ubuntu, Kubuntu, Xubuntu et Edubuntu. Cette dernière, Edubuntu, est destinée à l'éducation. Les trois autres diffèrent en un seul point : l'environnement graphique. Mais je ne vais pas m'étaler sur le sujet maintenant, car j'y consacre un chapitre plus tard.
Après avoir vu des copies d'écran de chaque version, je me suis orienté vers Kubuntu qui me paraissait la plus jolie à mon goût.
Maintenant, pour l'avoir, il existe différentes manières : réception d'un CD avec la distribution, et ce, totalement gratuitement, ou téléchargement via des serveurs ou encore Bittorent. Personnellement, je l'ai téléchargé sur un serveur. Ensuite, je me retrouve avec une image ISO sur mon PC, que je dois graver avec l'option « Graver une image », dans le but d'avoir un PC qui me reconnaît le CD dès le démarrage de l'ordinateur. Redémarrage du PC avec le CD dans le lecteur et vérification dans le BIOS que je démarre bien d'abord à partir du CD (sinon, il trouvera Windows directement sur le disque dur et ne cherchera pas à savoir ce qu'il y a sur le CD).


Crédit image : dedoimedo.com


Hop, on appuie sur F2 pour choisir le langage français, et c'est parti. Avec Ubuntu, on ne vous lance pas directement dans l'installation, mais on vous ouvre Ubuntu comme s'il est déjà installé (le principe du Live CD, déjà exploité dans un autre dossier). Ainsi, vous pouvez voir ce que donne Ubuntu, voir ses performances (même si elles sont un peu moindres du fait que tout se commande à partir du CD), avant de faire l'ultime choix de l'installer. Pour ma part, le fait qu'il se soit bien lancé a confirmé mon envie de l'installer. Le bureau est composé de seulement deux icônes : un dossier « Exemples » et un fichier « Installer ». Je pense qu'on n'essaie pas de vous embrouiller, et que le tout est très simple à comprendre : lancez le fichier « Installer » et c'est parti (mon kiki) pour l'installation.
Alors, l'installation est on ne peut plus simple :

Étape 1 : choisissez votre langue ;
Étape 2 : choisissez votre emplacement ;
Étape 3 : choisissez votre clavier (français pour avoir le mode AZERTY) ;
Étape 4 : choisissez votre nom, identifiant, mot de passe et nom de l'ordinateur ;
Étape 5 : l'outil de partitionnement, qui peut-être l'étape la plus compliquée.
Si tout comme moi, vous décidez d'installer Linux en cohabitation avec Windows, il va falloir avoir de l'espace disponible, et le mieux est d'avoir un espace disque non partitionné, afin que l'outil de partitionnement d'Ubuntu puisse automatiquement créer vos partitions :


Crédit image : ubuntu-fr.org


Comme je disposais d'une partition avec Windows dessus, et d'un espace non partitionné (pour Linux justement), j'ai choisi l'option numéro 2 : « Utilisez le plus grand espace disponible possible ».

Et enfin, l'installeur (du nom de « Ubiquity ») vous résume en une page toutes les options que vous avez choisies, avant de lancer l'installation de Kubuntu.
(À noter qu'une étape de l'installeur vous propose de migrer certaines de vos données Windows sous Kubuntu, comme les favoris d'Internet Explorer ou Firefox, des fonds d'écran, etc.).

Donc pour résumer, l'étape d'installation est on ne peut plus simple, et avec Ubuntu, le passage de Windows à Linux se fait encore plus en douceur. J'ai été très surpris de l'installation que je pensais un peu plus rudimentaire que cela, mais il faut l'avouer : l'interface graphique et la facilité de cette installation nous mettent à l'aise dès le début avec Linux. Espérons que ça continue...