Net-Actuality

Itinéraire d'un débutant sous Linux

Page 4 : Premiers pas sous Kubuntu

Qui dit installation terminée dit redémarrage obligatoire : tant mieux, ce sera pour moi l'occasion de voir si le dual-boot fonctionne bien. En effet, le dual boot, qui vous permet de faire cohabiter Windows et Linux sur un même PC, affiche un écran au démarrage pour vous demander si vous souhaiter démarrer sous Linux ou Windows. Comme l'installation a bien fonctionné, l'écran est bel et bien apparu, et ça donne cela :


Crédit image : yekubuntu.free.fr


Par défaut, le curseur est placé sur Ubuntu, et au bout de 10 secondes écoulées, si vous n'avez pas déplacé ce curseur, ce sera Kubuntu qui démarrera. Travaillant encore beaucoup avec Windows, grâce à une simple modification dans un fichier de configuration de Kubuntu, j'ai pu placer le curseur par défaut sur Windows.
L'écran de chargement de Kubuntu est plutôt simple :


Crédit image : cactusdigital.net


Sur ma machine, je passe quasiment autant de temps sur l'écran de chargement de Windows XP Édition Familiale que sur l'écran de chargement de Kubuntu.

Arrive ensuite l'écran d'ouverture de session :



Puis, une fois les deux champs entrés (une fois entré, vous n'aurez plus à retaper votre identifiant lors des prochains démarrages), un nouvel écran de chargement fait son apparition :



Certains pourront trouver ça lourd d'avoir deux écrans de chargement, mais je trouve cela plus pratique, et je m'explique : sous Windows, après la page d'identification de session, vous avez un certain laps de temps entre le temps où vous avez cliqué sur le bouton valider vos identifiants (ou taper ENTREE), et le temps où votre ordinateur est pleinement fonctionnel (le temps que toutes les applications au démarrage se charge, etc.). Grâce à cet écran de chargement sous Linux, plus court que le laps de temps évoqué précédemment sous Windows, une fois votre bureau affiché, vous pouvez directement travailler, ouvrir des applications, ou faire ce que vous voulez. Voilà donc pourquoi je préfère cet écran de chargement, que d'autres n'apprécieront sûrement pas, et leur avis est compréhensible.
Et c'est après cela que nous atterrissons sur le bureau de Kubuntu :



Ne cherchez pas de « Poste de travail » ou autre « Mes documents » : ce n'est pas présent. Une icône « Corbeille » ? Pas besoin, et regardez plutôt à côté de l'heure (à noter que la température et l'icône du dessus sont un ajout de ma part) : l'icône de la corbeille est intégrée à la barre des tâches, permettant ainsi un glisser/déposer facile, pour les refoulés de la touche « Suppr » (ou de la fonction « Supprimer » dans le menu contextuel).
Le menu « K », exactement placé au même endroit que le menu démarrer de Windows, est très similaire à ce dernier, ne vous laissant aucune excuse d'être perdu à ce niveau-là :



Et première chose qui saute aux yeux : un menu très bien classé, par catégories de logiciels. Car oui, dès le début, vous avez des dizaines et des dizaines de logiciels installés : navigateur, messagerie internet, logiciel de graphisme, logiciel multimédia, et j'en passe et j'en passe...
faute de quoi, nous retrouvons les célèbres fonctions telles que l'ajout et la suppression d'un programme, ou bien encore l'extinction de l'ordinateur.

Avec Kubuntu, c'est un sentiment mitigé que l'on ressent : on ne se sent pas complètement perdu, mais on sait que l'on n'est pas sous Windows. Pour exprimer cela en images, voici quelques copies d'écran de fenêtre que vous connaissez sûrement sous Windows, mais visible sous un autre angle grâce à Kubuntu :


Le « Poste de travail »


Le « panneau de configuration »


Le menu contextuel


Le menu « Exécuter »

Passons maintenant à un sujet précis : les logiciels.