Net-Actuality

Test : Crysis

Attendu depuis déjà quelques années, et présenté comme une révolution dans le monde du jeu vidéo, Crysis est enfin arrivé sur nos ordinateurs ! On attendait des graphismes époustouflants, un gameplay révolutionnaire, une intelligence artificielle machiavélique, et un physique d'un nouveau genre. Mais qu'en est-il réellement ? Si vous avez encore quelques questions sur ce must du jeu vidéo, qui a déjà fait couler tant d'encre (ou de pixels sur vos écrans si vous ne suivez pas la presse spécialisée papier), alors, ce test est fait pour vous. Pour répondre à ces diverses questions, nous présenterons tout d'abord le scénario du jeu. Nous nous attacherons ensuite au Gameplay ainsi qu'à l'Intelligence Artificielle. Puis nous verrons si les graphismes tiennent leurs promesses. Pour finir, nous verrons si le mode multi-joueurs vaut le détour.

Le scénario

Nous en sommes en 2020. Lors de fouilles archéologiques menées sur une île Coréenne se trouvant en mer du Japon, des chercheurs sont pris en otage par l'armée régulière Coréenne, à cause d'une étrange découverte réalisée dans une grotte. Ces chercheurs étant Américains, les forces spéciales américaines interviennent afin de les libérer. Armé de la Nano combinaison, une armure intégrale high-tech vous offrant plusieurs modes de combat, vous êtes donc parachuté sur la fameuse île. Mais, heurté de plein fouet au moment d'ouvrir votre parachute, vous atterrissez à quelques kilomètres du point de rassemblement prévu. En vous y rendant, vous apprenez que votre équipe est, elle aussi, éparpillée autour de ce lieu. C'est alors que vous commencez à entendre les cris d'un de vos co-équipiers dans votre radio... Mais une fois sur place, il est déjà trop tard. Lui et le groupe d'assaillants coréens ont été tués. Mais par qui, ou plutôt par quoi ?

Le scénario de départ du jeu n'apporte donc rien de révolutionnaire ; il reste prenant et original, dans la lignée des FPS traditionnels. Puisque nous sommes ici dans le premier volet d'une trilogie, attendez-vous à une fin ouverte !



Gameplay et Intelligence Artificielle

Autant le dire de suite, c'est l'un des points qui ont fait de Crysis un must, et cela dès sa sortie. Certes Crysis reste un FPS, mais la nano combinaison change tout. Grâce à cette dernière, on se retrouve dans un monde ouvert, avec une liberté totale de mouvement !

Cette combinaison, comme nous l'avons dit un peu plus haut, est une armure intégralement high-tech. Celle-ci offre 4 modes de combat que l'on peut sélectionner à la volée, et a la particularité de fonctionner avec une batterie intégrée. Cette dernière se recharge seule, mais nécessitera un temps de charge relativement long. De même, oubliez la galère de la recherche des packs de soins, infirmiers, ou autres bornes médicales à la Half-Life ; les vies se rechargent lorsque l'on n'utilise pas la combinaison et, bien sûr, quand on ne se fait pas transformer en passoire par l'ennemi !

Venons-en aux différents modes proposés :

Le mode armure maximale : il offre une protection maximale contre les balles, et la vie met moins de temps à se recharger. A part lorsque l'on nous tire dessus, ce mode ne consomme pas d'énergie. C'est sans doute pour cette raison que vous l'utiliserez le plus. Malgré cela, ce mode a un inconvénient : on ne saute pas très haut, et on se déplace assez lentement.

Le mode vitesse maximale : comme son nom l'indique, il permet de se déplacer beaucoup plus vite. Ainsi, la vitesse à laquelle on marche est celle à laquelle on peut courir dans les autres modes, et celle à laquelle on courre... permet de suivre une des nombreuses Jeep ! (euh, j'y suis allé un peu vite... ? ) Les inconvénients principaux de ce mode sont la précision des tirs nettement moins bonne, ainsi qu'une armure fortement diminuée. Ainsi, la moindre balle peut causer d'irréversibles dommages.

Le mode force : il permet d'avoir une force surhumaine. Grâce à lui, on se prend aisément pour Hulk en vacances sur une ile paradisiaque infestée de Coréens ! On peut, entre autres, retourner une Jeep avec un coup de poing, ou encore détruire des cabanes de chantier où les ennemis se cachent sans tirer une seule balle. Evidemment, on est moins résistant aux balles qu'en mode armure, et plus lent qu'en mode vitesse. Cependant, on a la possibilité d'effectuer des sauts impressionnants. Ce mode offre d'autre part un avantage non négligeable : lorsqu'on l'utilise, on ne consomme pas d'énergie (que l'on tire ou que l'on marche). En effet, seuls les sauts et les combats au corps à corps utilisent les batteries de la nano combinaison. Et pour ne rien gâcher, ce mode réduit les mouvements parasites et tremblements lors de la visée. Ainsi, si on « snippe » un ennemi à 800 mètres, le viseur ne joue pas aux montagnes russes ! De même, lors d'une rafale, l'arme ne passe pas son temps à vouloir envoyer des bouts de métal dans l'espace !

Le dernier des modes, et non moins utile, est le mode camouflage : il rend complètement invisible durant quelques instants. Comprenez par là 10 secondes pour une course à toute vitesse, une vingtaine pour un déplacement normal, et à peu prêt une minute et trente secondes à l'arrêt. Ce mode permet ainsi de bien voir où sont placés les ennemis et quelles sont leur rondes sans se faire tirer dessus ! Attention cependant, tirer pendant un camouflage a pour effet de vider les batteries et de mettre à découvert.

A partir du menu de sélection de la nano-combinaison, il est également possible d'accéder au menu de personnalisation des armes. Ainsi, il est possible de choisir, à la volée, les différents accessoires que l'on souhaite prendre pour les armes : silencieux, lampe torche, pointeur laser, type de munitions, viseur reflex, d'assaut, sniper, etc. ! De ce fait, chaque arme est capable de s'adapter à la façon de jouer du joueur !



Penchons-nous un peu plus sur le monde qui va nous accompagner durant les heures nombreuses que vous passerez sur ce jeu. Nous sommes donc sur une ile paradisiaque évacuée de ses habitants, avec un défilement des jours et nuits réalistes. On peut donc admirer un lever ou un coucher de soleil sur la mer, et jouer soit la nuit, soit le jour. Autant dire de suite que la façon de jouer varie fortement en fonction des cycles intégrés au jeu. De plus, nous sommes ici dans un environnement destructible de façon réaliste. Ainsi, il est possible de détruire les lieux où se cachent vos ennemis afin de les mettre à découvert, ou encore de leur faire tomber dessus un arbre, voire un bout de mur ! Il est également possible de conduire différents véhicules, selon ce qui se trouve sur le chemin à emprunter ! Hummer, véhicule de transport de troupes au sol, 4x4 Pick Up, char d'assaut, lance missiles DCA, ADAV (véhicule de transport de troupes et de combat aérien à décollement vertical), et tous ces véhicules ont ici une conduite de type arcade. Les déplacements en sont grandement simplifiés car, étant dans un monde ouvert, il y a ici une liberté d'action complète. Pour se rendre d'un point A à un point B, pas de chemin prédéfini, même si certaines actions ne laissent pas vraiment le choix. Cependant, libre à vous de longer la rivière, faire trois fois le tour de l'île, ou passer par le sommet de la montagne ! Il reste cependant conseillé de suivre les sentiers battus, car les autres voies risquent vite de vous faire perdre beaucoup de temps.

Quant aux mécanismes du jeu, ils sont simples : on donne un objectif principal, et un ou plusieurs objectifs secondaires. Au joueur de voir dans quel ordre il désire les exécuter. Nonobstant, les objectifs secondaires changent en fonction de l'objectif principal, et donc l'aboutissement de ce dernier.

Pour les mécanismes de visée, ils sont assez similaires aux autres FPS. En effet, le recul et les tremblements lors de l'utilisation des armes sont bien évidement présents, même si le mode force permet de les atténuer grandement. La physique joue aussi un rôle important dans la façon de jouer, et l'on apprend vite à l'utiliser à son avantage.

L'Intelligence Artificielle du jeu est l'une des meilleures existantes dans les FPS. En effet, les ennemis ont souvent des réactions réalistes et sont capables d'utiliser la ruse, de vous prendre de dos, voire de feinter la mort ! De plus, le mode camouflage ne sert à rien si l'on possède un laser sur son arme, et encore moins cette dernière possède une lampe torche. De toute façon les adversaires n'hésitent pas à abuser de tirs préventifs et peuvent nous repérer grâces aux bruits. Cependant, il est bon de remarquer que quelques bugs sont hélas présents. Ainsi, les ennemis, lorsqu'ils vous repèrent, ne vous tirent pas toujours dans la tête s'il n'y a que celle-ci qui dépasse !




Graphisme et physique

Développé par les studios Crytek, et optimisé pour une utilisation avec DirectX10, Crysis a fait beaucoup de bruit dans le monde des gamers dès son annonce. La chose qui a fait peur, avant même sa sortie, c'était la configuration requise pour pouvoir y jouer ! Certains « screenshots in-game » en qualité maximale affichaient en effet un rendu quasi photo-réaliste. Certaines comparaisons entre exemples du monde réel et rendu du même lieu modélisé sur le moteur Cry Engine 2 nous mettaient même face à une question de première importance : laquelle de ces images est la réalité ?

Certes, en jeu, le rendu est moins réaliste. Il n'y cependant rien à dire, c'est tout de même époustouflant ! Cependant, il est nécessaire de rappeler que pour activer les options DirectX 10, il faut disposer d'une carte graphique compatible et d'un ordinateur suffisamment puissant. La machine sur laquelle le test de Crysis a été effectué est composée d'un Athlon 64 X2 4800+, de 2Go de mémoire vive, ainsi que d'une carte graphique ATI X1900 XTX. Il est bon de remarquer que le Crossfire ancienne génération ne fonctionne pas sur ce jeu optimisé pour Nvidia, et que des bugs graphiques (principalement des bandes sombres et claires dans la végétation) ont été constatés lors du test sur la machine en question (alors que le matériel fonctionne normalement sur les autres jeux). Néanmoins, des tests graphiques effectués sur une machine équipée d'une carte DirectX 10 ont été effectués, afin de constater les différences entre DirectX 9 et 10. Le moteur graphique Cry Engine 2 est tellement bien développé que la différence entre un DirectX 9 poussé a fond et un DirectX 10 ne se verra que peu pour un œil non averti. Ce qui se voit le plus, c'est la perte en images par seconde lorsque l'on passe de la dernière génération de cartes graphiques à une carte plus ancienne. Ainsi, les différences se remarquent sur des détails. Pourtant, les dernières technologies graphiques permettent de déformer un objet grâce à des textures, et non plus à simuler une déformation grâce à des ombres.

Avis à tous les possesseurs de grosses machines DirectX 9 : certaines des options graphiques « Very High » sont activables mêmes sous DirectX9.0 ! La nuance est certes faible, mais tout de même visible. Toutefois, à par pousser votre machine à bloc, ces fonctionnalités ne donneront qu'un rapide aperçu de ce que vous verrez en achetant un nouvel ordinateur. En effet, le léger gain graphique se suit d'une énorme perte en termes d'images par seconde.

Attendu comme révolution sur ce point, Crysis est en effet le plus beau des FPS disponibles, toutes plateformes confondues. Cependant les sorties de ces derniers mois, comme Bioshock, font revoir ce jugement à la baisse. Les graphismes y sont en effet excellents, mais on sent que la bataille est en ce moment rude, alors que les premières utilisations de DirectX 10 apparaissent à peine, et que toutes les grosses sociétés de développement bataillent pour obtenir le moteur graphique le plus performant. Nous verrons donc, dans les prochains mois, quels jeux auront la prétention de faire tomber Crysis. Que les développeurs du jeu se rassurent tout de même, Crysis a pris une avance confortable en terme de réalisme, notamment sur la gestion de la végétation et des différents personnages. En effet, contrairement à Bioshock, les ennemis ne ressemblent pas à des zombies en plastique à la mécanique rouillée, mais se rapprochent plus de l'humain, avec une véritable peau.

Pour la partie gestion de la physique, un énorme travail a été fourni par les studios Crytek. Malgré un ou deux petits bugs en mode vitesse, où des Talus se sont transformés en tremplins projetant le héros à une cinquantaine de mètres de hauteur, rien à redire. La gestion de la physique permet de gagner un temps précieux pour vaincre certains ennemis. Le souffle des explosions, lui aussi, aide à se débarrasser d'ennemis groupés. Attention cependant, une explosion trop proche du véhicule que l'on conduit peut nous en faire perdre le contrôle. Ainsi, on s'aperçoit que la physique peut souvent faire gagner du temps, mais qu'elle peut aussi nous en faire perdre bien plus si on ne l'utilise pas correctement.



Mode multi-joueurs

Comme tout bon FPS digne de ce nom, Crysis est doté d'un mode multi-joueurs. On profite ainsi de ce titre dans des batailles en réseau, ou sur internet, en amis, ou contre des inconnus.

Trois types de parties sont disponibles :

Instant Action : c'est un bon vieux mode « Deathmatch » ou l'on se retrouve seul contre tous ; idéal pour s'amuser entre amis. Un mode bourrin, quoi !

Team action : il permet de jouer en équipe avec deux camps, aux choix. C'est un « Team Deathmatch » traditionnel comme on en trouve dans de nombreux FPS.

Power struggle : nous avons gardé le meilleur pour la fin ! Ce mode demande en effet plus de stratégie. C'est un combat en équipe où l'on gagne des points en fonction du rang du joueur que l'on abat. Il est possible de dépenser ces points pour acheter des armes, des véhicules etc. Le but, ici, est de prendre le contrôle des technologies Aliens et de détruire la base ennemie grâce a un char d'assaut nucléaire.

Le mot de la fin...

Crysis est un must né, il n'y a pas à discuter là-dessus. Cependant, on regrette la fin ouverte qui nous laisse sur notre faim, et qui nous fait attendre le second opus, prévu pour 2009, avec un filet de bave coulant de nos bouches ébahies ! Le jeu est magnifique, le Gameplay très bien pensé, l'interaction avec le décor est parfaite, pour une immersion complète. En sept mots : un achat que vous ne regretterez pas!

Nous tenons à vous rappeler que cette appréciation est à placer dans son contexte. En effet, même si nous sommes objectifs, un test réfléte toujours l'avis d'une ou de quelques personnes, cela dans des conditions spécifiques. Aussi, malgré tout le soin apporté à sa réalisation par son auteur, ce test n'a pas pour vocation d'être exhaustif.