Net-Actuality

Test : The Orange Box

Trois ans après la sortie de Half-Life 2, et un an et demi après la sortie de l'épisode un, Sierra et Valve sortent enfin l'épisode deux, la suite tant attendue des aventures de Gordon Freeman. Et comme une nouvelle n'arrive jamais seule, on nous propose un pack nommé « The Orange Box ».

Pour ceux qui n'en ont pas encore entendu parler, ce pack contient les jeux Half-life 2, épisodes 1 et 2, Team Fortress 2, et très attendu Portal, le tout pour 50 euros ! Alléchant, n'est-ce pas ? Néanmoins, les septiques auront tendance à se dire « 5 jeux pour ce prix là, ils ne doivent pas être terribles ». Alors, affaire ou pas affaire ? Pour répondre à cette question, nous vous présenterons tout d'abord le scénario d'Half Life 2, Episode 2. Nous nous attarderons ensuite sur le Gameplay, les graphismes ainsi que la gestion de la physique. Pour finir, nous présenterons le très attendu Portal.

L'histoire

Half-Life, mythe du jeu vidéo, vous met dans la peau de Gordon Freeman, un scientifique travaillant au centre secret de recherches de Black Messa, une sorte de « Zone 51 ». On y effectue des recherches sur des matériaux extraterrestres afin de trouver de possibles futures utilisations techniques. Dans Half-Life, premier du nom, suite à une expérience qui tourne mal, un portail s'ouvre entre le monde que nous connaissons, et XEN, une dimension parallèle. Après de nombreux déboires, vous battez Nihilant, cerveau de l'invasion Alien.

Quelques années après, vous vous réveillez et découvrez que le monde a bien changé. Apparu comme par miracle, appelé par le mystérieux G-Man, vous vous retrouvez dans la cité 17. Depuis le premier opus de la série, l'invasion Alien a été relancée, et le cartel a pris le contrôle de la Terre après avoir mené la « guerre des 7 heures ». Suite à cette dernière, les humains ont été asservis par l'armée Alien. Aussitôt, vous vous retrouvez embarqué dans la résistance humaine...



C'est alors que vous retrouvez vos anciens collègues de Black Messa et partez détruire la citadelle. Véritable repère du cartel sur la Terre, cette dernière est placée en plein cœur de la cité 17. C'est à ce moment-là que s'arrête Half-Life 2 : quand vous réussissez enfin à détruire le cœur de la citadelle. Cependant, le noyau risque d'exploser d'un instant à l'autre, et vous devez en ralentir l'explosion, afin de sauver les habitants. Après quelques heures de jeu, où vous effectuez votre mission avec succès, vous parvenez à monter, non sans difficulté, dans un train d'évacuation qui vous permet de quitter la cité 17 in extremis.



Et c'est là que commence Half-Life 2, Episode 2. Manque de chance, suite à l'énorme explosion, un des ponts de la voie ferrée a été fragilisé. Celui-ci s'effondre au moment où votre train passe dessus. Vous voilà donc livré à vous-même, dans un milieu naturel hostile. En effet, suite à l'invasion Alien, de nombreuses espèces animales ont été décimées par les animaux extraterrestres, et les têtes de crabe qui nous sautaient déjà au visage dans Half-Life 1 ont attaqué en masse les humains. On rencontre donc régulièrement ces sortes de zombies-mutants sur les parcours.



Le problème, c'est que le noyau de la citadelle, après avoir rasé de la carte de la cité 17 dans son explosion, s'est mis à pulser. Un étrange rayon lumineux sort des ruines de la citadelle, et les armées du cartel se concentrent sur la recherche de leur ennemi numéro 1 : vous.

Gameplay, graphisme et physique

La recette dans, Half-Life 2, Half-Life 2 Episode 1 et Half-Life 2 Episode 2 reste la même. Le moteur graphique et physique Source Engine, sorti en 2004, fait toujours tourner le jeu. Pas d'évolution donc sur la gestion des graphismes et de la physique, même si certains bogues mineurs ont été corrigés. Pour plus de précisions, vous pouvez donc lire le test d'Half-Life 2, Episode 1, précédemment paru sur Net-Actuality. Le gameplay reste le même, et il y a toujours quelques casse-têtes à passer avant de s'en sortir. Il est toutefois bon de noter que l'action, même si elle est bien dosée, promet certains rushes assez intéressants, rappelant fortement Painkiller. Cela est notamment le cas de l'attaque massive des fourmillions lorsque l'on est dans leur nid ; un pur moment de combat d'où vous sortirez probablement fortement amocher. Néanmoins, vous pourrez évacuer tout ce que vous avez sur la conscience : cours, travail, factures... ou votre petite copine qui vous trouve trop Geek ! En effet, après, vous n'y penserez plus !



Le seul petit changement, dans cette action scriptée à mort, c'est que, pour la première fois dans la série Half-Life, l'environnement naturel dans lequel on évolue donne une impression de milieu ouvert, avec une réelle liberté de mouvement. En effet, de grandes zones d'accès sont disponibles, chacune apportant sot lot de surprises : munitions, armes, etc. On trouve aussi, dans ce deuxième opus, de nouveaux ennemis à combattre : les chasseurs, une espèce de Striders miniatures assez résistants qui vous causeront sans doute bien des problèmes. À l'instar d'Half-Life2, on dispose ici d'un véhicule, non pas un hydroglisseur ou un Buggy artisanal, mais une Ford Charger modifiée en Hot Rod ! Un pur plaisir à conduire.
Alors lancez-vous dans l'aventure sans hésiter. Entre Half-Life 2 et Half-Life 2 Episodes 1 & 2, c'est entre 30 à 40 heures de jeu à portée de disque dur ! Nous attendons d'ailleurs avec impatience le troisième opus, qui marquera la fin de la série Half-Life 2.



Portal

Nous passerons la partie graphismes de Portal, car le moteur graphique est toujours le Source Engine. Intéressons-nous à l'histoire et au Gameplay, ainsi qu'au principe de jeu plutôt original proposé ici.

Pour l'histoire, vous êtes un androïde à l'apparence féminine. Créé par Aperture Science, un centre de recherches concurrent de Black Messa, vous possédez un fusil assez spécial, vous permettant de créer des portails de téléportation sur toute surface non métallique et non organique. On doit ici passer les tests qu'a mis au point un robot à l'intelligence artificielle plutôt dérangée. Il vous promet, au bout de votre périple, une part de gâteau.



Créé de façon plutôt humoristique, le robot nous mène la vie dure et nous rappelle bien souvent que l'on risque la mort, avant de nous complimenter sur notre habileté à franchir les épreuves ! Cependant, contre des robots armés de mitrailleuses, pas d'armes. En effet, on ne dispose que du fusil à portails ; à vous de trouver comment rendre hors service vos ennemis ! Un principe de jeu assez inattendu. Même si la partie solo est assez simple, les « challenges » donnent du fil à retordre, et une véritable communauté de fan s'est créée le jour de la sortie de Portal.



Quant à la physique, la façon dont elle est gérée est intéressante. Ainsi, l'énergie cinétique que vous créez en entrant dans un portail est conservée lors de votre sortie. De ce fait, en créant un portail en bas d'une fosse, et l'autre sur le mur juste en dessous du plafond, en sautant dans celui de la fosse, celui du mur nous projette loin vers l'avant ! Retenez bien cela, cela vous sera très utile...

En gros, Portal se trouve être un jeu où tout est basé sur des casses têtes dignes d'Half-Life. Ainsi, quelques longues heures de jeu sont à prévoir !

Le mot de la fin...

The Orange Box, arnaque ou bon plan ? Eh bien il n'y a pas à dire, c'est une affaire ! Une cinquantaine d'heures de jeu en solo, accompagnées de nombreux modes multijoueurs proposés par Half-Life 2, Counter Strike et Team Fortress2. Malgré son âge, le moteur graphique reste très performant. Pour ne rien gâcher, même les vieilles configurations supporteront ce pack. Alors, foncez, c'est l'affaire du siècle dans le domaine des jeux vidéo !

Nous tenons à vous rappeler que cette appréciation est à placer dans son contexte. En effet, même si nous sommes objectifs, un test réfléte toujours l'avis d'une ou de quelques personnes, cela dans des conditions spécifiques. Aussi, malgré tout le soin apporté à sa réalisation par son auteur, ce test n'a pas pour vocation d'être exhaustif.