Net-Actuality

Test : Internet Explorer 7

C'est le 19 octobre 2006, plus de cinq ans après la sortie de sa dernière version, que le navigateur le plus utilisé dans le monde, Internet Explorer, s'est offert une petite cure de jeunesse. Il y avait fort à faire pour cette version 7. Il faut dire que les parts de marché vertigineuses que possédait Internet Explorer (plus de 90 %) n'avaient pas motivé Microsoft à tenir son logiciel à jour. De nombreux internautes et développeurs frustrés sont donc allés voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs, et ont adopté de nouveaux navigateurs alternatifs, comme Firefox, mettant ainsi à mal la domination du navigateur de la firme de Redmond.

Microsoft s'est donc mis au boulot pour reconquérir son public et arrêter la pandémie. Au menu de cette nouvelle version donc ; amélioration de la sécurité du navigateur, amélioration du respect des standards, ajout de la navigation par onglets, prise en charge de la transparence des PNG, prise en charge des RSS, anti pop-up, etc. ! Le navigateur de Microsoft tient-il ses promesses ? Voyons ce qu'il en est !

Accessibilité et compatibilité : un mauvais rêve ?

Là où ses deux principaux rivaux, Firefox et Opera, réunissent un sans-faute, Internet Explorer se plante. En effet, cette nouvelle version du navigateur n'est accessible qu'aux pocesseurs de Windows XP SP2, Windows XP Pro Édition 64 bits, Windows Server 2003 Service Pack 1 et enfin Windows Vista. Pire encore, l'installation d'Internet Explorer 7 n'est possible que si l'utilisateur accepte d'authentifier en ligne la validé de sa copie de Windows. À titre d'exemple, Opera et Firefox prennent en charge Windows NT, 95, 98, Me et 2000. Un comble !


L'interface remaniée : un point positif !

Microsoft prouve une fois de plus tout son savoir-faire en matière d'interface. Fini l'interface vieillotte et lourde des versions précédentes d'IE, cette nouvelle version se veut résolument plus simple. Cette dernière est en effet dépourvue de barre de menus (Fichier, Édition...). Ainsi, les principales fonctionnalités qui étaient disponibles grâce à cette dernière sont maintenant regroupées au sein des boutons « Page » et « Outils ». D'autres éléments supposés inutiles ont également été supprimés, voire relégués au second plan, comme le bouton « Page d'accueil » mis au même niveau que l'ouverture de Windows Live Messenger ! On pourrait ainsi reprocher au navigateur d'avoir trop simplifié son interface. Le changement d'interface est au départ radical, mais on s'y habitue vite. Pour une fois, on peut dire que le navigateur surclasse ses concurrents (cela reste toutefois une question de goût, donc très subjectif).





Le moteur de rendu : un cauchemar !

L'un des points faibles des anciennes versions d'Internet Explorer était sans aucun doute son moteur de rendu dépassé et totalement irrespectueux des standards. Hélas, les développeurs d'IE7 avaient d'emblée annoncé que leur but ultime n'était pas d'offrir un navigateur respectueux des standards qui passerait le test de l'ACID 2 (qui consiste à faire afficher un smiley au navigateur pour vérifier s'il respecte les standards du W3C). Le résultat au test de l'ACID 2 s'en retrouve donc assez... désastreux. Le moteur de rendu fait néanmoins quelques progrès, puisqu'il prend dorénavant en compte la transparence des PNG, supporte partiellement le CSS 2.1 et les standards du W3C comme le XHTML 1.1, le HTML 4.01, le WML 2.0 et le SVG 1.1.





Vitesse de navigation et utilisation de la mémoire : qu'en est-il ?

Internet Explorer est actuellement le navigateur le plus lent lors de la navigation. Il est en effet moins rapide d'une demi-seconde par rapport à Firefox. Pour exécuter un JavaScript, il lui faut deux secondes de plus que son concurrent. Enfin, il lui faudra plus d'une seconde, par rapport à Firefox, pour démarrer.
Concernant l'utilisation de la mémoire vive, IE7 occupe 24 Mo lorsqu'il est chargé au premier plan, et seulement 4 Mo en mode réduit (meilleurs résultats tous navigateurs confondus). Internet Explorer peut se targuer de faire mieux que Firefox sur ce point.


Les onglets : il était temps !

Alors que ses concurrents intégraient déjà la navigation par onglets depuis des années dans leurs navigateurs, Internet Explorer ne s'en dote qu'avec cette version. La navigation par onglet permet, pour rappel, de passer d'un site à l'autre sans avoir à ouvrir d'innombrables fenêtres. Rien de transcendant de ce côté pour IE7, puisqu'il possède toutes les fonctionnalités de base de la navigation par onglets. On remarquera cependant une fonctionnalité intéressante qui rassemble, en un seul et unique onglet, toutes les pages ouvertes sous la forme de petites vignettes. Du côté négatif, on regrettera que seul l'onglet actif dispose d'une croix permettant sa fermeture, alors que les autres en sont dépourvus.





Les flux RSS : il était temps (BIS) !

Internet Explorer ne gérait pas non plus, avant sa version 7, les célèbres flux RSS qui permettent, pour rappel, d'être tenu informé de diverses informations publiées sur un site. À l'instar de Firefox, IE 7 détecte automatiquement les flux RSS, et les signale grâce à la même icône que celle utilisée par Firefox. Le navigateur met également en forme les fichiers RSS et permet de les filtrer grâce aux rubriques. Enfin, l'internaute peut s'inscrire à des flux RSS et peut même mettre à jour l'ensemble de ses flux.


Le filtre anti-phising et anti pop-up : peut mieux faire !

Encore une fois, Microsoft s'est inspiré de ses concurrents et a intégré un anti pop-up permettant de bloquer, de manière plus ou moins efficace, les fenêtres publicitaires.
La plus grande nouveauté, concernant la sécurité, constitue la mise en place d'un filtre anti-phising. Concrètement, lorsque vous surfez, cet outil cherche à détecter si le site visité est considéré comme une contrefaçon. Pour ce faire, le navigateur utilise sa propre liste, qu'il met à jour régulièrement et automatiquement. Ainsi, lorsque le site est considéré comme dangereux, la barre d'adresse devient rouge. Bien qu'intéressante, cette fonction reste néanmoins moins efficace que bon nombre d'outils disponibles actuellement sur le net (barres d'outils notamment).
Enfin, on notera la possibilité de se protéger en temps réel contre les espiogiciels grâce à l'implantation de Windows Defender au navigateur. Cela permet de surcroît aux utilisateurs de Windows Vista de disposer d'un contrôle parental et d'un mode permettant de tester un site suspect dans un environnement protégé.





Contrôles ActiveX : amélioration de la sécurité

L'un des problèmes majeurs de sécurité avec Internet Explorer provenait de l'exploitation des failles des contrôles ActiveX. Ainsi, Microsoft a neutralisé la plupart des contrôles ActiveX, à l'exception des plus essentiels. L'ajout de nouveaux contrôles ActiveX sera toujours possible, mais ils devront être activés manuellement. De ce fait, le navigateur sera beaucoup moins vulnérable à ces attaques.


Suppression de l'historique, et favoris : des progrès !

Cette nouvelle monture d'IE permet enfin de supprimer plus facilement les traces de navigation. Jusqu'à présent, cette tâche était assez ardue, mais Microsoft rectifie le tir. Ainsi, pareillement à ses concurrents (qui a dit encore ?), il est possible de supprimer, en un seul coup, l'historique, les mots de passe, les données saisies dans les formulaires, les fichiers temporaires et enfin les cookies.

Du côté des favoris, l'organisation a légèrement été revue. En effet, le classement de ces derniers se fait désormais par simple glisser-déplacer. De plus, une fonctionnalité très intéressante fait son apparition. Cette dernière permet en effet d'ouvrir un favori dans un nouvel onglet, et non dans l'onglet actif comme le fait Firefox par exemple.

Enfin, le panneau latéral réunit désormais les favoris, l'historique et les flux RSS, ainsi accessibles depuis une seule et unique icône. De plus, ce dernier latéral disparaît lorsque l'on revient sur la page visitée. On regrettera d'ailleurs le fait qu'il n'y a pas possibilité d'épingler par défaut le panneau latéral afin qu'il ne disparaisse pas intempestivement.


Avec le Zoom, on innove un peu !

Pour une fois, Microsoft incorpore à son navigateur une fonctionnalité que son concurrent direct, Firefox, ne possède pas, mais que certains concurrents comme Opera possèdent depuis longtemps déjà. Cette fonctionnalité permet aux internautes d'agrandir ou de réduire la taille des pages de 10 à 400 % ! Utile ? Inutile ? À vous de juger.


L'impression : un autre point positif !

Vous avez sans doute déjà fait cette expérience. Lors de l'impression d'une page, celle-ci se retrouve tronquée. Microsoft entend bien définitivement régler ce problème, puisqu'IE 7 propose, via l'aperçu avant impression, de gérer la mise en page. Cette fonctionnalité permet ainsi de faire tenir la page entière sur une seule feuille. Voilà une fonctionnalité très utile, innovante, et intéressante. Bravo Microsoft.





Internet Explorer 7 et la recherche

Encore une fois, Microsoft copie ses concurrents (comme c'est étonnant !). Ce dernier propose en effet, en haut à droite, une barre de recherche. Par défaut, le navigateur est configuré sur Live Search, mais il reste possible, pour l'internaute, de choisir un autre moteur de recherches (comme le propose Firefox). Mais chez Microsoft, lorsque l'on copie, on le fait en moins bien. En effet, contrairement à Firefox, on regrettera qu'Internet Explorer n'affiche pas de suggestions de recherche.



Personnalisation du logiciel


Une fois de plus, Internet Explorer s'inspire de Firefox en dédiant à son navigateur une page regroupant divers « add-ons » (équivalents des extensions de Firefox). Malheureusement, ces derniers sont peu nombreux, très souvent payants, et se présentent plutôt sous la forme de vrais logiciels plutôt que de programmes venant se greffer au navigateur. Enfin, aucun thème n'est disponible pour modifier l'interface du logiciel. Si vous n'appréciez donc pas l'interface, il sera difficile pour vous d'y échapper !

Le mot de la fin...

Le bilan est très mitigé. En effet, Internet Explorer s'offre une remise à niveau plus que correcte, mais n'innove pas. Il ne fait que copier, et pire encore, il copie mal et ne va pas au fond des choses. Le navigateur de la firme de Redmond chouchoute en effet la forme du logiciel (c'est-à-dire l'interface) par ailleurs très réussie, mais néglige grandement le fond (vitesse de navigation, mémoire vive utilisée, moteur de rendu...). Le navigateur devait être plus sûr et plus respectueux des standards ; le bilan est très amer, comme l'attestent les résultats mitigés de l'anti-phising et l'affligeant résultat au test de l'ACID 2. Alors, certes, les développeurs d'Internet Explorer avaient dit que le respect des standards ne serait pas une priorité, mais comment imaginer l'avenir d'un navigateur aussi irrespectueux des standards, alors que ces derniers sont de plus en plus prisés par les développeurs et les internautes eux-mêmes ? Que se passera-t-il pour les utilisateurs de ce navigateur, lorsque les développeurs de sites web décideront de rendre leur code respectueux des standards, et donc incompatible avec IE 7 ? Quoi qu'il en soit, Internet Explorer 7 conviendra parfaitement aux personnes débutantes, aux utilisateurs du dimanche et aux personnes attachées son à l'interface simple et épurée. Pour leur part, les utilisateurs avertis lui préféreront Firefox ou Opera. Pour faire bref, Internet Explorer 7, c'est comme les voitures. Il est à Peugeot, ce qu'est Firefox à Rolls-Royce.

Ecrit par Florian, .

Nous tenons à vous rappeler que cette appréciation est à placer dans son contexte. En effet, même si nous sommes objectifs, un test réfléte toujours l'avis d'une ou de quelques personnes, cela dans des conditions spécifiques. Aussi, malgré tout le soin apporté à sa réalisation par son auteur, ce test n'a pas pour vocation d'être exhaustif.