Net-Actuality

Une chronique pleine de… noir et d’actualités.

Une chronique... noire !


Cette semaine, c'est une chronique très noire que vous devriez voir apparaître sur vos écrans, noire à l'image de l'internet français (s'il existe toujours). Vous l'aurez compris, je vous parle de l'Hadopi, c'est-à-dire la « riposte graduée » et le projet de loi « Création et Internet », qui visent à couper l'accès à Internet des personnes suspectées de partager des œuvres sans les autorisations nécessaires.



Net-Actuality et cette chronique se joignent donc à La quadrature du Net et à de nombreux autres sites affichant leur mécontentement vis-à-vis de ce projet de loi et se repeignent en noir.

Pour plus d'informations, nous vous invitons à vous rendre sur la Quadrature du Net. Un éditorial consacré à ce sujet est aussi disponible sur ce lien.
Pour finir (ou plutôt, pour commencer), notons qu'à partir d'aujourd'hui, la chronique « Navigateurs du Net » sera publiée le mardi; modifiez vos rendez-vous en conséquence. .

Apple dévoile Safari 4


Déjà célèbre dans le monde des Macs, Safari est un navigateur respectueux des standards du Web, propulsé par le populaire moteur de rendu Webkit, dont les développeurs de Safari contribuent beaucoup au développement.
Désormais, le navigateur compte bien séduire les utilisateurs de Windows. Pour cela, Apple a dévoilé, il y a quelques jours, la nouvelle version majeure de son navigateur, Safari 4, livrée avec un grand nombre de nouveautés. Disponible à la fois pour Windows et Mac OS X, cette version 4 fait réellement un effort envers l'intégration et l'esthétique sous Microsoft Windows.

Tandis que les précédentes versions de Safari pour Windows abordaient un look gris très loin de l'apparence d'une application Windows classique, Safari 4 est désormais pourvu d'une apparence beaucoup plus « Windowsienne », laissant tomber le look gris hérité de Mac OS X. Il utilise également le rendu des polices natif de Windows, alors que les précédentes versions lissaient elles-mêmes le texte avec, là aussi, des outils hérités de Mac OS X. Cet effort d'intégration vaudra probablement à Safari 4 une consommation de mémoire beaucoup moins élevée.

Si un bon bout de chemin a été parcouru pour un Safari ingéré à Windows, il reste encore beaucoup à faire. On remarquera encore, dans cette version 4, que Safari nous demande qui est le navigateur par défaut. Comportement hérité comme toujours de Mac OS X, système dans lequel l'on définit le navigateur par défaut du système depuis les préférences de Safari. Toutefois, sous Windows, c'est très superflu, ce dernier offrant déjà de choisir son navigateur favori.

Mais les évolutions graphiques ne se limitent pas à une meilleure intégration sous Windows. En effet, Safari voit aussi, à l'instar d'Opera, ou plus récemment de Google Chrome, ses onglets passer au-dessus de sa barre d'adresse, comportement expliqué en long en large et en détail dans la bande dessinée de Google faisant la promotion de Chrome. Pour résumer mon avis sur la question, chaque onglet dispose de sa propre barre d'adresse. C'est donc un comportement parfaitement logique que de placer la barre d'onglets au dessus de la barre d'adresse.

Toujours par rapport à l'aspect graphique, Safari 4 change radicalement l'affichage de l'historique. S'il était par le passé affiché comme une simple liste, il est, dans Safari 4, affiché en mode « Coverflow » ; si vous êtes utilisateurs de iTunes ou d'iPod/iPhone, vous connaissez déjà probablement ce mode d'affichage dont une capture vous est présentée ci-dessous.



L'aspect graphique n'est pas le seul point amélioré par cette nouvelle version de Safari, qui, s'inspirant d'Opera et de Google Chrome, a créé « Top Site », une page s'ouvrant automatiquement lors de la création d'un onglet et vous présentant, sous forme de vignettes, les sites les plus populaires sur lesquels vous avez navigué. Assez personnalisable, il vous est possible de supprimer ou de déplacer ces vignettes (ce que ne propose pas Google Chrome). En revanche, vous ne pouvez pas en ajouter facilement, sauf en actualisant de nombreuses fois un site pour qu'il rentre dans vos Top Sites (contrairement à l'implémentation de cette technologie par Opera qui offre une option « Ajouter un site »).

Les « Top Sites » de Safari vous informent également si le site a changé depuis votre dernière visite. Ils font ainsi le travail des flux RSS, vous informant si un changement (comme une nouvelle actualité sur un site d'actualités) s'est produit. L'apparence des Top Sites est-elle aussi très soignée, si l'on retrouve dans Opera et Google Chrome simplement 9 vignettes qui se suivent sur un fond blanc, Safari 4 leur donne un aspect pseudo-3D, et offre, lors d'un clic sur ces vignettes, un effet d'ouverture des plus jolis.



Même si ce n'est pas la seule amélioration de Safari 4, nous voyons que Apple a misé énormément sur l'esthétique de son navigateur qui se trouve empli d'animations et de jolies choses. On regrette toutefois qu'il ne soit, à l'heure actuelle, toujours rien proposé pour changer de skin, comme le proposent beaucoup d'autres navigateurs du marché.

Outre un moteur de rendu xhtml/css et Javascript remanié dont nous allons parler plus bas et les évolutions graphiques dont nous avons parlé plus haut, les nouveautés de Safari 4 sont peu nombreuses. Vous y trouverez un zoom qui prend en compte la mise en forme des pages (à l'instar du nouveau zoom intégré à Firefox 3 et à Internet Explorer 7), une barre d'adresse remaniée inspirée de na nouvelle barre intégrée à Firefox 3 et Opera 9.5, et l'intégration de l'outil de débogue “Web Inspector”. Des suggestions, via le champ de recherche, en haut à droite du navigateur, sont aussi au programme.

Comme précisé plus haut, Safari 4, c'est aussi une mise à jour du moteur de rendu Webkit, qui, dans cette nouvelle version, fait de véritables merveilles avec le HTML 5, le SVG et les CSS.

Vous pourrez désormais, avec Safari 4, animer certains éléments de votre page directement depuis vos feuilles de styles CSS : rotations, mouvements et changement d'opacité au programme. Vous pouvez observer un exemple réalisé à l'aide de cette technologie ci-dessous :

Bienvenue sur Net-Actuality.org !


La prise en charge des Web Fonts (également présente dans Opera 10) fournira quant à elle la possibilité aux web-designers de créer eux-mêmes leurs polices ou alors simplement de placer les polices qu'ils utilisent sur leurs serveurs, afin d'être sûrs que les visiteurs en seront dotés et verront correctement leurs pages.

Il était autrefois possible pour, ces web-designers, de créer des images contenant leur texte. Toutefois, les Web Fonts leur apportent plus de souplesse, puisque modifier un texte revient juste à le changer dans la page HTML. L'utilisation d'images portait aussi préjudice aux déficients visuels qui ne pouvaient pas savoir (outre via l'attribut texte alternatif) ce qui était affiché. Vous pouvez remarquer que le titre de chaque article de cette chronique est écrit via la police « Timotheos », en utilisant la technologie @Font-Face de CSS3. Firefox 3 ne prend pas en charge cette technologie, vous devrez vous tourner vers Opera 10 ou Safari 4 pour voir à quoi ça ressemble.


Score parfait au Acid Test 3 (à gauche), présentation du nouveau zoom de Safari 4 (à droite).


Toutes ces améliorations, tant graphiques que fonctionnelles, pour l'utilisateur final comme pour le développeur, ont provoqué un véritable engouement autour de la sortie de Safari 4. Safari, qui est - selon MacWorld, passé à 10% de parts de marchés aux É.-U. alors qu'il était peu avant juste à 8%. Les méthodes d'Apple pour provoquer cet engouement n'ont en revanche pas été très nobles. En effet, si i leur produit est vraiment excellent, ils ne devraient pas avoir besoin de mentir pour en faire la promotion. C'est le sujet de l'article qui suit !

Vous pouvez télécharger Safari 4 depuis cette page.

Safari, le navigateur qui inventa le web


Pour Apple, le lancement de Safari 4 est un grand évènement. Créé en 2003, le navigateur de Apple est aujourd'hui considéré comme un modèle de respect des standards du web et de navigateur minimaliste.

Au fil des années, il s'est pourvu de nombreuses fonctionnalités innovantes comme celles dont parle l'article précédent. Safari est certes un navigateur plutôt jeune, mais il est aussi pionnier dans certains domaines et, à sa manière, il a beaucoup fait évoluer les mentalités en jouant un grand rôle dans l'adoption des standards du Web, à une époque où ils étaient ignorés par la masse. Le « Navigateur Mac » est vraiment un grand acteur, au même titre que Firefox, des évènements de ces dernières années, là où d'autres navigateurs tels Opera ne faisaient pas parler d'eux.

Safari a donc bien des mérites, et sa nouvelle version 4 propose elle aussi son lot d'innovations. Faire la promotion d'un tel navigateur semble donc particulièrement aisé, au vu du nombre d'arguments qui valorisent le navigateur d'Apple. Et pourtant, la campagne de promotion d'Apple envers Safari 4 est mensongère, attribuant presque à Safari l'invention du Web.

Non, Safari n'est pas le premier ni le seul navigateur à passer le Acid Test 3. Pour être franc avec vous, Safari 4 ne passe concrètement pas le Acid Test 3 à cause d'un petit problème de vitesse, toutefois il l'affiche correctement à l'instar de Opera 10, Google Chrome.

Safari n'est pas non plus le premier navigateur à offrir des onglets déplaçables par glisser/déposer, ni le premier navigateur à offrir un gestionnaire de téléchargements pouvant reprendre le téléchargement. Safari n'est pas non plus le premier navigateur à avoir implémenté un lecteur de flux RSS.

Alors oui, Safari est innovant, mais NON, Safari n'est pas l'inventeur de la navigation Web moderne. Certes il a inventé certaines choses et en a implémenté d'autres très tôt, mais il n'est pas l'auteur de tout ce que la campagne de promotion veut lui attribuer.

Retrouvez en intégralité la page de promotion de Safari sur le site d'Apple.
Retrouvez ici un sujet à propos des faussetés de cette campagne de promotion.

Omniweb devient gratuit


La société éditrice de l'excellent navigateur Web Omniweb, et de nombreux autres programmes destinés à Mac OS X vient tout juste de rendre son navigateur, et plusieurs de ses produits complètement gratuits !

Originellement, Omniweb était un navigateur développé pour le système d'exploitation NeXTSTEP. Relativement peu connu aujourd'hui, ce système d'exploitation avait été créé par NeXT Computer, entreprise elle-même fondée par Steve Jobs, cofondateur et actuel PDG d'Apple inc, en 1985.

Pour la petite histoire, Steve Jobs avait été viré d'Apple en 1984 lors de débats internes sur la direction de la firme. Moins d'une année plus tard, Steve Jobs lança deux jeunes entreprises, qui ont toutes les deux fait beaucoup de bruit dans leur domaine : NeXT Computer, société développant le système d'exploitation NeXTSTEP, ainsi que toute une suite de logiciels pour ce système ; et PIXAR, société de productions de films plus tard achetée par Disney.

NeXT Computer donc, proposa en 1989 la première version de NeXTSTEP au grand public, système d'exploitation jugé particulièrement révolutionnaire qui connut un demi-succès. Si tout le monde s'accordait à faire l'éloge de son API graphique et de ses nombreuses innovations, il restait compatible uniquement avec les ordinateurs produits par NeXT, qui eux, étaient vendus très cher.

En 1993, suite aux mauvaises ventes des ordinateurs NeXT, ce système d'exploitation innovant fut porté pour les plateformes i486 (PC), Sparc (Sun), RISC (Mac). En 1996, la production de matériel NeXT fut complètement arrêtée, pour se concentrer sur le développement du système d'exploitation pour l'occasion renommé en « Openstep ».

À la même époque, Apple proposait le vieillissant « System 7 » sur ses macs et était à la recherche d'un nouveau système d'exploitation. Alors que tout le monde pensait que Apple rachèterait BeOS INC, société éditrice du système d'exploitation BeOS, il racheta NeXT Computer. En 2001, la firme proposa Mac OS X, basé sur tout le travail effectué sur Openstep. Le « Dock » de Mac OS X, son API graphique aujourd'hui encore considérée comme unique « Cocoa » ou son système de gestion des applications, toutes ces particularités et technologies étaient déjà présentes dans NeXTSTEP en 1989. Suite au rachat de NeXT par Apple, Steve Jobs s'est retrouvé dans le conseil d'administration d'Apple puis est devenu par la suite, et est encore, PDG d'Apple. Une blague circule à ce sujet présentant qu'Apple a payé 489 millions pour se faire racheter par NeXT.

Pour revenir à Omniweb, un navigateur créé justement pour NeXTSTEP, au milieu des années 90, intégralement écrit dans l'API graphique du système (Cocoa). Très innovant, Omniweb était depuis sa création payant, n'étant proposé que pour Mac OS (et brièvement pour Windows après que Apple ait lancé son projet Yellowbox, qui consistait à faire fonctionner les applications Mac OS sous Windows), et n'a donc jamais touché un public très important.

C'est pourquoi depuis 2006 il utilise Webkit, le moteur de rendu de Safari, dans le but de fournir une meilleure compatibilité avec les sites Web en général. Omniweb se présente depuis comme une évolution de Safari plus que comme un navigateur à part entière.



Depuis 3 ans, il n'a subi aucune mise à jour majeure. Toutefois, il reste toujours parfaitement adapté à Mac OS X, et propose des fonctionnalités particulièrement recherchées comme ses onglets présentés à la manière de vignettes sur la gauche de l'écran, ou encore un bloqueur de publicité intégré, des espaces de travail (un espace « Jeux » peut contenir tous vos onglets relatifs aux jeux vidéo, un espace « Travail » pour vos réunions professionnelles, etc.).

Omnigroup affirme penser depuis longtemps à rendre gratuits certains de ses produits laissés un peu en retrait, et particulièrement leur navigateur Omniweb. C'est maintenant chose faite, et c'est une excellente nouvelle pour tous les utilisateurs de Mac OS X. L'un des plus anciens navigateurs, doté d'une grande histoire, vient donc de passer gratuit, comme Netscape l'a fait il y a plus de 10 Ans, suivi par Opera en 2006.

Se rendre sur le site d'Omnigroup
Télécharger Omniweb 5.9 gratuitement !

Un vent anti-Internet Explorer 6 souffle depuis la Norvège...


Internet Explorer est, depuis de nombreuses années, véritablement la « bête noire » de nombreux développeurs Web. Sorti en 2001, ce navigateur comptabilise aujourd'hui encore près de 20% des parts de marchés globales des navigateurs Web dans le monde.

Pour vous résumer la situation, pendant la seconde moitié des années 90, Internet Explorer et Netscape se sont livré une véritable guerre à la domination du Web, guerre à laquelle la petite société dont le seul produit commercial était Netscape ne put tenir très longtemps, face à Microsoft et à ses méthodes pas très légales. Au début des années 2000, Netscape avait été éclipsé du podium et Internet Explorer tenait la première position tandis que quelques geeks utilisaient frénétiquement Mozilla.

Une fois dans cette position dominante, Microsoft a cessé de mettre régulièrement Internet Explorer à jour, et ce n'est qu'en 2006 que la nouvelle version du navigateur de Redmond est arrivée, bien des années après, laissant du temps au projet Mozilla pour se développer et convertir beaucoup d'utilisateurs à sa cause. Pas bien difficile quand le principal concurrent semblait simplement endormi.

Internet Explorer 6 est toujours utilisé par de nombreuses personnes pour plusieurs raisons. Certains car ils sont obligés de l'utiliser (ordinateur du travail), d'autres qui ne se préoccupent pas de savoir qu'il y a des mises à jour à faire ni que d'autres navigateurs existent, et d'autres encore qui utilisent un système d'exploitation pour lequel Internet Explorer 7 n'existe pas (Windows 98 par exemple).



En 2009, la situation a sensiblement changé. Les gens ont pris conscience que des navigateurs alternatifs existent, et la technologie CSS 2, pourtant assez mal prise en compte par Internet Explorer, a été adoptée sur la majorité des sites Web. Internet Explorer 6 représentant toujours une masse d'utilisateurs presque aussi importante que celle de Firefox, il est extrêmement difficile de l'ignorer, et les webmestres utilisent de nombreuses bidouilles pour lui faire accepter les pages bondées de ces CSS 2.1 mals connus d'Internet Explorer 6.

Depuis quelques jours, une vague de site Web premièrement norvégien a affiché leur mécontentement face à ce navigateur vieillissant, alors jusqu'à lui interdire l'accès à leurs pages, en priant leurs utilisateurs de mettre à jour leur navigateur ou de passer à un navigateur alternatif tel Firefox, Opera ou encore Safari. Même la directrice Windows de Microsoft Norvège a affirmé son contentement par rapport à cette initiative qui vise à faire disparaître un ancien navigateur obsolète.

Un simulateur d'iPhone pour Windows


Vous, webmestre qui souhaitez vérifier la compatibilité de votre site sur un iPhone, et qui n'êtes pas utilisateurs de Mac OS X, sachez que blackbaud a dévoilé, par le biais de son laboratoire «iBBDemo », un simulateur du navigateur de l'iPhone compatible Windows.

Même si le but est noble, le résultat n'est clairement pas à la hauteur des attentes et ne permettra de tester que les versions iPhone des sites, les autres étant affichées tout à fait normalement. De plus, le navigateur n'étant pas pourvu d'un zoom, vous pouvez obtenir la même chose en redimensionnant la fenêtre de Safari. iBBDemo est toutefois pourvu de l'User Agent du navigateur de l'iPhone et est doté d'une interface similaire. Alors, ce n'est peut-être pas la lune, mais peut-être qu'il sera plus tard mis à jour pour offrir une expérience encore plus similaire.

iBBDemo est disponible ici. Vous devrez toutefois installer Safari 3.2 avant de le lancer.

Les utilisateurs de Mac OS pourront quant à eux se tourner vers iPhoney ou utiliser le SDK de Apple. Le site iphonetester.com offre un service relativement similaire (un peu moins étendu) que iBBDemo, directement depuis une page Web, et est compatible d'avec n'importe quel système d'exploitation. Il est toutefois conseillé d'utiliser un navigateur basé Webkit.

Et, en vrac...


Et pour finir cette chronique noire, quelques actualités dont nous n'avons pas pu parler. En vrac :
Midori passe en version 0.1.4
Opera passe en version 9.64
Camino 2.0 dévoile sa bêta 2
Mozilla Thunderbird 3 betâ 2
Opera Mobile 9.5 est compatible avec Google Gears
Microsoft présente Gazelle, sa gazelle et critique la sécurité des navigateurs, « La sécurité de Firefox est un mythe »
Internet Explorer 8 serait terminé et très bientôt disponible
Une campagne anti Internet Explorer 6 nous vient de la Norvège
Google se joint à Opera & Mozilla auprès de la commission européenne contre Internet Explorer
Google Chrome va s'équiper d'un mode plein écran
Firefox devant Internet Explorer chez les développeurs web

Pfiou, voilà. Et encore, je suis sûr d'avoir oublié plein de choses.